(Dys)fonctionnement du dialogue social dans le Jura

lundi 21 novembre 2016
par  Sylvie Nantes-Berger

Exaspérés par la dégradation du dialogue social au sein des instances départementales (absence de documents, envoi tardif voire distribution le jour même, documents plus qu’épurés…), la FSU a boycotté le CTSD bilan de rentrée convoqué le 12 octobre et demandé audience au DASEN afin de faire le point sur sa conception du dialogue social et ses attentes pour un bon fonctionnement des instances départementales.
Déstabilisé par un boycott qu’il n’avait pas du tout envisagé, l’IA a reçu les élus FSU au retour des vacances d’automne.
Nous lui avons rappelé qu’en tant que représentants des personnels nous siégeons pour veiller au respect des règles de fonctionnement : transparence, équité. Nous avons affirmé notre soucis de rendre compte auprès des collègues des échanges, des divergences d’analyse, sur les décisions prises ou les choix politiques de l’IA qui peuvent avoir des conséquences importantes pour l’ensemble des personnels et sur le fonctionnement du service public d’éducation.
Les instances ne peuvent pas être des chambres d’enregistrement de décisions unilatérales. Nous attendons qu’un vvéritable dialogue puisse s’installer entre l’IA et les élus de personnels. C’est pourquoi nous demandons des documents complets, précis et donnés dans les temps afin de préparer au mieux en relation avec la réalité du terrain.
L’IA nous a affirmé n’avoir aucune volonté de restreindre le contenu des documents ou d’en retarder leur diffusion. Il a fini par reconnaître que la diminution du nombre de personnels au sein de ses services est une réelle difficulté pour l’élaboration des documents en temps et en heure. Voilà donc la conséquence d’une politique que la FSU a toujours dénoncé.
Des pistes sont évoquées pour que le CT de rentrée se penche à l’avenir sur des sujets précis en termes d’analyse et d’échanges et un CDEN « moins technique » qui présenterait un « panorama » de ce qui a été fait dans les collèges et écoles du département. Nous lui avons fait remarquer que la FSU ne manquerait pas néanmoins d’en faire une analyse éclairée et constructive.
La FSU a insisté sur sa volonté et sa détermination d’être un acteur incontournable dans le dialogue social au sein des instances départementales (GT CT CDEN et CHSCT). Nous continuerons de peser de tout notre poids pour faire entendre nos revendications pour un service d’éducation de qualité ;
Nous attendons maintenant que les paroles de l’IA soient suivies de faits…
Laure Flamand – Benoit Vuillaume