CAPA avancement d’échelon des certifiés : halte à la désinformation, place aux faits

jeudi 25 janvier 2018
par  Sandrine Rayot

La CAPA chargée d’étudier l’avancement accéléré aux 7ème et 9ème échelons s’est finalement déroulée vendredi 19 janvier. Initialement prévue le 10 janvier dernier, cette instance n’a pas eu lieu car le SNES-FSU a décidé de la boycotter en raison notamment des grandes inéquités de traitement des personnels en fonction de leur discipline. Ce manque d’harmonisation de la notation par les corps d’inspection est dénoncée depuis de nombreuses années, statistiques à l’appui, par le SNES-FSU. Le rectorat se refusant à donner des consignes claires aux IA-IPR, la campagne d’inspection qui a eu lieu l’an dernier a eu pour conséquence une augmentation de cette différence de traitement.
Le rectorat a proposé une modification du projet initial, en retirant simplement du tableau de promotion des collègues de documentation et de lettres au profit de collègues d’autres disciplines (espagnol, anglais), ce qui revenait à ne pas tenir compte des barèmes. Cela ne correspondait pas à la démarche souhaitée par le SNES-FSU.

En séance, nous avons constaté que la plupart des organisations syndicales, à défaut d’analyser les documents et de connaître les dossiers, ont tendance à focaliser leur activité sur des déclarations préalables au lyrisme très particulier. Une organisation syndicale, le SE-UNSA, a demandé la mise au vote du projet alternatif du rectorat. Or, les organisations syndicales étaient en infériorité numérique face à l’administration, en raison de l’absence d’un membre du SGEN-CFDT. Demander un vote ne donnait donc pas aux organisations syndicales la possibilité d’imposer leurs vues, mais permettait à l’administration de valider la globalité de son projet de façon certaine. Comment comprendre cette stratégie ? Seul SUD-Éducation a rejoint la délégation du SNES-FSU lors de la suspension de séance demandée, pendant laquelle nous avons décidé de refuser de participer à ce vote, qui ne faisait que servir les projets de l’administration.
Le projet alternatif du rectorat a été approuvé avec 19 voix pour (l’administration), 7 voix contre (SE-UNSA, SGEN-CFDT, FO, SNALC) et 11 refus de vote (SNES-FSU, SUD). Le vote fait, le rectorat a clos le dossier, trop heureux de la situation... Le SNES-FSU a tout de même réussi à faire revoir la situation d’une collègue en retard d’inspection.