Haute-Saône : communiqué de presse FSU publié après le CT du 6 septembre 2013.

jeudi 15 août 2013
par  David Caillet

La priorité au primaire absente en Haute-Saône.

Concrètement, pour les élèves, aucun signe tangible d’amélioration pour cette rentrée scolaire. Les déclarations volontaristes du Dasen concernant cette rentrée se heurtent à une réalité départementale douloureuse. La priorité donnée à l’enseignement primaire ne se traduit pas dans notre département…

Au niveau du primaire
Les écoles de Haute-Saône font leur rentrée avec 13 postes d’enseignants de moins qu’en 2012/2013 pour une baisse estimée de quelques dizaines d’élèves.
- Quatre postes consacrés aux élèves en difficulté (Rased) sont supprimés.
- Six postes de titulaires remplaçants ont disparu.
- Des classes ont été fermées.

Les « priorités » nationales sont réalisées en trompe l’œil :

- Le « plus de maîtres que de classes », dispositif visant à doter les écoles de postes supplémentaires ne concerne que 5 écoles du département. Aucune dotation nationale n’a eu lieu, ces 5 postes ont été obtenus en fermant des postes de Rased ou de remplaçants.

- La priorité nationale affichée pour l’’accueil des élèves de moins de trois ans n’existe pas en Haute-Saône : il n’y aura pas plus d’enfants de deux ans accueillis cette année que l’an passé. Pire, les représentants FSU ont dû se battre lors de ce Comité technique pour que le Dasen ne ferme pas certaines classes en refusant de compter les moins de trois ans.

- Le nombre de professeurs pour 100 élèves (P/E) en Haute-Saône, reste inchangé : les élèves de nos écoles ne seront pas mieux encadrés que l’an dernier. Les conséquences de la saignée opérée dans l’Ecole lors du quinquennat précédent restent inchangées.

- La réforme des rythmes passée en force ( 20% des élèves du département) s’st souvent faite contre l’avis des parents et des enseignant
Le ministre promet des activités culturelles, artistiques et sportives ambitieuses et gratuites. Les premiers retours d’information laissent craindre que nous en soyons bien loin.

Seuls, le retour à la formation initiale et la création des ESPE constituent un pas en avant.

Ce n’est pas suffisant ! Les enseignants des écoles attendent mieux pour leurs élèves. Beaucoup mieux !

Dans les collèges

La rentrée 2013 des collèges de Haute-Saône se fait encore dans des conditions difficiles pour nombreux établissements.

Les collégiens de Haute-Saône sont 120 de plus cette année et les moyens horaires attribués sont encore en baisse (même si la baisse est légère).

- Des effectifs par classe encore en augmentation, 28 élèves par classe tendant à devenir la norme. Les 3èmes du collège de Dampierrre seront même 30 par classe. Des effectifs sous-évalués lors de la préparation de rentrée par les services du Dasen entraînent des classes à plus de 27 sur l’ensemble du collège d’Héricourt.

- Des postes partagés qui restent nombreux avec des enseignants se retrouvant parfois sur 3 établissements

- Des postes non encore pourvus. Il manque un enseignant de SVT et de musique au collège d’Héricourt, un documentaliste à Dampierre ou un CPE au collège de Scey/Saône.

Le ministère demande une approche plus individualisée et bienveillante de l’enseignement mais cela passe par un accueil bienveillant. Or, sur
le terrain, et malgré toute la bonne volonté des enseignants, il est difficile de réaliser ces objectifs dans des classes surchargées.